Bannièredef


Bruno Madinier

Bruno-Madinier-

Comédien depuis toujours, Bruno Madinier à inspiré le petit écran à maintes reprises. Celui qu’on a longtemps appelé « Monsieur le juge », personnage qu’il a incarné pendant dix ans dans la série Les Cordier juge et flic n’a pourtant jamais quitté…

Description

Comédien depuis toujours, Bruno Madinier à inspiré le petit écran à maintes reprises. Celui qu’on a longtemps appelé « Monsieur le juge », personnage qu’il a incarné pendant dix ans dans la série Les Cordier juge et flic n’a pourtant jamais quitté la scène, sa vraie passion. A 53 ans, heureux dans son métier, cet artiste plein de charme revient à Bruxelles pour nous faire rire, et il le fait avec beaucoup de talent.

Entr’Act : Le théâtre et Bruno Madinier c’est une longue histoire…

Bruno Madinier : Effectivement, j’ai commencé le théâtre à l’école, vers 10, 11 ans et ça ne m’a pas quitté. J’ai continué en secondaire, plutôt des cours d’expression corporelle. Plus tard quand j’ai entamé l’école de commerce, j’ai monté une troupe, ensuite j’ai suivi les cours au Conservatoire à côté de l’école et ça a pris de plus en plus de place dans ma vie. A un moment donné, il y a des choix à faire et j’ai décidé d’être comédien. Je suis rentré au Conservatoire de Paris et là, j’ai rencontré toute ma génération d’acteurs et de grands metteurs en scène. J’ai commencé par le théâtre subventionné, voie classique quand on est au Conservatoire, ensuite, les réseaux et les relations offrent des opportunités. Depuis quelques années, je suis plus dans le théâtre privé.

Entr’Act : En Belgique on vous connaît avant tout pour votre rôle du juge Cordier dans la série « Les Cordier juge et flic ». Est-ce que ça vous a cantonné dans une catégorie ou au contraire, est-ce que ça a boosté votre carrière ?

Bruno Madinier : D’abord, je ne renierai jamais parce que c’est ce qui m’a fait découvrir et identifié par le grand public. Vous représentez quelque chose parce que le public vous a plébiscité dans un rôle. Ca peut être dangereux, ça peut enfermer mais j’ai eu la chance pendant que je tournais ‘Les Cordier’ de pouvoir pousser d’autres projets, de tourner ailleurs et d’être au théâtre de temps en temps. Quand on a décidé d’arrêter, avec Pierre Mondy en 2003, j’avais un projet de théâtre juste dans la foulée, « L’amour est enfant de salaud »*, qui a compté neuf nominations et obtenus deux ‘Molières’en 2004. Ca m’a bien reboosté par rapport au théâtre. Un an après, il y a eu « Dolmen »**, une saga qui a cartonné et qui m’a permis d’aborder un autre rôle. Donc, après ‘Les Cordier’, pas de temps mort et deux projets emblématiques. J’avais retrouvé mon statut d’acteur disponible pour des rôles différents. Avant on m’appelait souvent ‘Monsieur le Juge’, aujourd’hui, on dit ‘Monsieur Madinier’. Et c’est très long pour être dissocier de son rôle, c’est pareil pour « Amélie Poulain »…. Maintenant, c’est Audrey Tautou.

Entr’Act : De manière générale, vous véhiculez une image très positive du gars sympa, gentil, du bon copain, du mec intègre… Est ce que vous êtes aussi parfait dans la vie ?

Suite de l’interview dans Entr’Act N°7 (10.2013)

Soyez le premier à ajouter votre avis.